Le point sur l'Auto-entrepreneur (Micro entrepreneur)

Logo ae

 

 

Il n'est pas rare d'entendre " Mets-toi en auto-entrepreneur, c'est vraiment facile et sans risque.". Si cette affirmation n'est pas entièrement fausse, elle doit toutefois être BEAUCOUP plus nuancée.

Qu’est-ce que la Micro-Entreprise?

Originellement, ce régime a été instauré en 2009 pour permettre, aux personnes exerçant une activité professionnelle, de compléter leurs revenus en étant auto-entrepreneur. Aujourd'hui, cela a bien changé car la grande majorité des micro-entrepreneurs exercent à titre principal.

Si l'on doit expliquer la micro-entreprise simplement, il ne s'agit pas d'un statut à part entière. Il s'agit plutôt d'une sorte d'option de l'entreprise individuelle.
Ce qui fait que l'on est micro entrepreneur, réside dans le choix du régime fiscal et social de la micro-entreprise. A la différence de l'entreprise individuelle classique, un micro-entrepreneur bénéficie de taux de cotisations réduits en contrepartie d'un plafonnement de son chiffre d'affaires et d'une impossibilité de récupérer la TVA ainsi que de l'impossibilité de récupérer ses frais professionnels.

Pour avoir un aperçu rapide du régime de la micro-entreprise cliquez ici.

Quel est mon statut social lorsque je dirige une micro-entreprise ?

C'est ici qu'il y a souvent une confusion dans l'esprit collectif. Un micro-entrepreneur est le chef (patron) d'une "vraie" entreprise avec toutes les conséquences que cela suppose. Il n'est pas un salarié avec un statut particulier ou autre, il est un chef d'entreprise qui, s'il le souhaite, peut embaucher un salarié.

Ce qui veut dire que ce dernier doit réfléchir, penser, tout comme son homologue en entreprise individuelle ou encore le dirigeant de société, puisque comme ces derniers son but est de faire fructifier (jusqu'à un certain point) son activité. Ce dernier est d'ailleurs soumis aux mêmes obligations de qualification professionnelle que les autres.

Quelles sont les conséquences de ce régime?

Lorsque l'on parle des conséquences d'une "vraie" entreprise, on évoque surtout les dettes liées à cette dernière. Certes, dans le cadre de la micro-entreprise, le risque de contracter des dettes importantes est "mesuré", mais il est surtout inhérent à l'activité exercée. Un restaurateur aura toujours plus de risques de contracter des dettes importantes, peu importe son statut juridique, qu'un micro-entrepreneur dans le nettoyage. Mais cela concerne également les dettes liées aux retards de paiements de vos cotisations, non paiements des taxes,etc.. et cela peut se chiffrer très rapidement.

Par ailleurs, étant une option de l'entreprise individuelle, l'intégralité du patrimoine, à l'exception de la résidence principale, est engagé en cas de dettes.

Beaucoup de personnes pensent donc, qu'en raison de la "légèreté" administrative, l'immatriculation d'un micro-entrepreneur peut être réalisée par le tout-venant. Toutefois, les erreurs liées à un transfert d'établissement, à la déclaration d'activité qualifiée, aux activités originellement déclarées, au choix du versement libératoire, à la mention de conjoint collaborateur, etc.. sont autant de facteurs qui justifient le recours à un professionnel pour éviter des frais supplémentaires qui peuvent s’avérer difficile à supporter par la suite.

Chez Kingdom Assistance, nous préférons mettre en garde contre cette idée largement répandue. Que vous fassiez appel à nos services ou à d'autres, nous conseillons de recourir à une assistance pour vos formalités, notamment lorsque vous n'êtes pas entièrement sûr(e) de ce que vous faîtes.

 

Suivez nous sur facebook

×